-1483 emplois pour 2022 !

Publié le 24/09/2021

Le projet de loi de finances pour 2022 sort à peine que le ministère de l’Economie des Finances et de la Relance (MEFR) se distingue une fois de plus par son très haut niveau de suppressions d’emplois. La CFDT Finances condamne cette logique budgétaire et comptable qui considère l'Etat et ses agents comme des coûts et non comme une richesse au service de l’intérêt général et des besoins des populations.

Le PLF 2022 est sans appel : de nombreux ministères voient leurs effectifs augmenter, portant le solde net de créations d’emplois dans la Fonction publique d’Etat à +767 équivalents temps pleins (ETP).

Le nombre de suppressions d’emplois s’élèvent au total à -1753 ETP et le MEFR y contribue à hauteur de -1483 ETP, soit 85% !

Le MEFR tente de justifier ces suppressions d’emplois par « les réformes structurelles, notamment du réseau de la direction générale des finances publiques, permettant d’améliorer la productivité et de dégager des économies d’échelles tout en améliorant la qualité des services rendus aux usagers » (PLF 2020, p94).

La CFDT Finances dénonce la communication inexacte du gouvernement, du ministère et de la DGFIP donnant à croire à une multiplication des services financiers de proximité alors que le réseau de la DGFIP a été amputé très largement de ses trésoreries mixtes et de secteur public local.

Pour la CFDT Finances, la cartographie des réseaux des administrations économiques et financières doit répondre aux attentes et aux besoins des populations qui ne sont presque jamais sollicitées.

Ce n’est pas en supprimant des emplois et en anticipant d’hypothétiques gains de productivité jamais démontrés que le ministère se donnera les moyens de répondre aux attentes des usagers, de remplir correctement les missions et de donner aux agents des conditions de travail à la hauteur.