La CFDT obtient des mesures concrètes pour les jeunes

Publié le 28/05/2021

Pas une journée ne passe sans que des parents, grands-parents, agents et adhérents nous interpellent sur la situation préoccupante des jeunes, de leurs enfants, petit-enfants, etc.  

Au sein du ministère, la CFDT Finances a porté nombre de revendications, que ce soit sur la crise ou à titre général : autorisations d’absences, scolarité à distance, prise en compte du télétravail en présence des enfants, gratuité des repas, logement, difficultés psychologiques, etc..

Plus largement, la CFDT n’a eu de cesse d’alerter les pouvoirs publics sur la situation des jeunes, encore plus vulnérables face à la crise, qu’ils soient en bas âge, en études supérieures, en recherche d’emploi ou salariés.

Pour contrer les effets dévastateurs de la crise sanitaire sur cette catégorie de population, l’Etat employeur commence enfin à s’appliquer ce qu’il demande au secteur privé... C’est l’objet de deux circulaires qui viennent d’être rendues publiques, la CFDT Finances a beaucoup oeuvré pour obtenir ces avancées !

On ne peut nier l’action forte de l’Etat pour soutenir l’activité économique durant toute la crise. Normal, le plan de continuité de l’activité économique semble avoir été le seul sur lequel a planché Bercy... 

S’agissant des jeunes, c’est la même méthode. Si tout a été fait pour faciliter l’intégration des jeunes dans le secteur privé, l’Etat employeur a longtemps oublié son propre rôle sur le sujet. 

Néanmoins, grâce à l’action combiné de la Confédération CFDT, de la CFDT Fonctions publiques et dans notre périmètre de la Fédération des Finances, notamment dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution », des mesures sont enfin mises en œuvre. Les voici :   

Apprentissage : 

  • Recrutement de 15 000 apprentis en 2021-2022 au sein de l’Etat dont 800 aux Finances.  
  • Respect de l’objectifs d’emploi de 6 % de personnels handicapés. 
  • Prise en charge de la protection sociale complémentaire comme pour les autres agents, dès 2022. 
  • Aides aux transports et repas. 
  • Simplification des procédures de recrutement (dématérialisation des contrats, accès aux offres depuis smartphone ou tablette, etc.) 
  • Facilitation de l’intégration des apprentis à l’issue de leur contrat (comptabilisation des années pour l’accès aux concours interne et les reclassements). 
  • Prise en charge des coûts de formation . 

Stages :  

  • Recrutement de 43 000 stagiaires en 2021, 49 000 en 2022 dont en moyenne 4000 par an aux Finances. 
  • Renforcement des mesures d’accueil des stagiaires sur le long terme. 
  • Publication de toutes les offres sur le portail PASS
  • Gratification des stages y compris en deçà de deux mois de présence. 
  • Renforcement du tutorat. La CFDT travaillera à une vraie reconnaissance du statut. 
  • Remboursement des frais de transport et restauration si cela n’est pas déjà prévu. 

 

Si certaines mesures apparaissent un minimum, il faut se rappeler que certains droits n’étaient toujours pas applicables à nos apprentis et encore moins aux stagiaires !