La crise sanitaire va-t-elle évoluer vers une crise vaccinale ?

Publié le 21/07/2021

Les annonces présidentielles du 12 juillet 2021 ont surpris bon nombre d’observateurs tant les esprits n’envisageaient pas un tel tournant dans la stratégie gouvernementale en matière de gestion de la crise sanitaire.

En effet, l’instauration d’un pass sanitaire conditionnant directement l’accès aux lieux publics de la population uniquement vaccinée et l’accès aux lieux de travail recevant du public régi par les mêmes règles pour des salariés du public comme du privé n’est pas sans interroger de nombreux collègues.

Les annonces présidentielles du 12 juillet 2021 ont surpris bon nombre d’observateurs tant les esprits n’envisageaient pas un tel tournant dans la stratégie gouvernementale en matière de gestion de la crise sanitaire.

En effet, l’instauration d’un pass sanitaire conditionnant directement l’accès aux lieux publics de la population uniquement vaccinée et l’accès aux lieux de travail recevant du public régi par les mêmes règles pour des salariés du public comme du privé n’est pas sans interroger de nombreux collègues.

Notre administration des finances publiques comprend dans son réseau des services recevant du public. Ce sont principalement des trésoreries hospitalières installées dans les ensembles hospitaliers ainsi que des centres des finances publiques, comme les services des impôts des particuliers en zone urbaine, ou des trésoreries de proximité en zone rurale auxquels s’ajoute les Espaces France Service.  

La fréquentation du public aux guichets des services des finances publiques même si elle a subi une baisse notable depuis le début de la pandémie reste importante, et les conditions d’accueil pas toujours de la seule responsabilité de la DGFiP.

La prochaine période d’établissement et d’envoi des avis d’imposition suite aux déclarations de revenus du printemps dernier va encore générer la venue de milliers de contribuables désirant des informations ou souhaitant effectuer des démarches particulières. Une vague au cœur de la prochaine vague.

Après la contrainte du port du masque tant par le public que par les agents de nos services que nos collègues encadrants ont à faire appliquer directement, ou par l’intermédiaire de vigiles, quand il s’agit d’usagers, il va falloir veiller à la détention d’un pass sanitaire à partir du 1er septembre, avec ou sans masque ?

Même s’il faut encore attendre de connaître le détail des mesures qui feront l’objet de textes officiels publiés au JO, il reste indubitable que nos collègues encadrants et personnels de première ligne vont encore avoir des contraintes supplémentaires à gérer.

Y-aura-t-il des vigiles en nombre suffisant pour effectuer les contrôles nécessaires aux entrées des services de la DGFiP recevant du public ? Quelles modalités seront à mettre en œuvre face à des personnels affectés dans ses services qui refuseront de se faire vacciner ? Ces questions devront obtenir des réponses précises dans les semaines à venir sous peine de mettre en difficultés nos collègues encadrants, eux-mêmes vaccinés ou non.

Il faut également espérer que cette nouvelle règle de détention d’un pass sanitaire ne perturbe pas encore davantage les collectifs de travail scindés depuis plusieurs mois entre agents en télétravail et agents en présentiel. Le port du masque est déjà une contrainte pas toujours facile à faire respecter pour s’inquiéter encore davantage sur le respect du pass sanitaire d’autant que l’on arrive directement sur un sujet relevant du secret médical.

Encore des motifs de tension dans les services entre collègues ou avec le supérieur hiérarchique qu’il va falloir gérer. La CFDT Finances publiques suivra avec attention ce sujet dans les prochaines semaines.

 

 

 

Retour au sommaire n° 108