POUR AMÉLIORER LE QUOTIDIEN DES AGENTS : LA CFDT VEUT INSTAURER LE DIALOGUE SOCIAL DE PROXIMITÉ

Publié le 30/03/2015 à 22H54
Dans les services centraux, les sites industriels, à l’ACPR, dans le réseau, tous les jours, les agents de la Banque de France rendent un service de qualité à tous les citoyens. Les missions dont ils s’acquittent sont essentielles à la cohésion sociale, à l’économie de notre pays, à son avenir. Pourtant, la Banque de France et ses agents sont régulièrement critiqués et parfois maltraités.

Alors que la Banque de France n’en finit pas de se réorganiser, le dialogue social doit être un outil au service d’une transformation qui préserve la qualité du service rendu et la qualité de vie des personnels.  Malheureusement, nous en sommes loin aujourd’hui !

DÉFIANCE RÉCIPROQUE, CONTESTATION STÉRILE, NÉGOCIATIONS PEU AMBITIEUSES : LE DIALOGUE SOCIAL N’EST PAS À LA HAUTEUR ET LA DÉMOTIVATION GAGNE LES AGENTS.

OUI, LA BANQUE DE FRANCE A UN PERSONNEL DE VALEUR, POURTANT…

Le système des compléments de rémunération est opaque, à l’origine de climats de travail délétères et au final contreproductif.

  • Les conditions de travail se dégradent :
  • Il faut faire plus vite,
  • Les rémunérations et le pouvoir d’achat sont en baisse sous l’effet du gel du point d’indice et de  l’augmentation des prélèvements obligatoires.
  • autant et souvent plus, avec moins
  • Ordres et contre-ordres, abandons de missions, suppressions d’emplois,restructurations et externalisations précipitées font perdre le sens du travail.
  • Les parcours professionnels se précarisent :
  • Les carrières stagnent, tandis que les aspirations personnelles ne sont pas prises en compte,
  • L’accompagnement des mobilités est très insuffisant,
  • Le recours à des emplois précaires (CDD,intérimaires extérieurs…) se multiplie.
  • Le dialogue social est le grand absent. Lors des réorganisations, les agents et les cadres ne sont pas véritablement associés. L’employeur se contente de « coups de communication » pour améliorer son image.

CE QUE VEUT LA CFDT : AGIR DÈS MAINTENANT : POUR OUVRIR DES PERSPECTIVES AUX AGENTS, REDONNER DU SENS ET DE LA RECONNAISSANCE À LEUR TRAVAIL.

POUR CELA, IL FAUT : EN FINIR AVEC LE STATU QUO SUR LE POUVOIR D’ACHAT PAR

  • Des mesures générales : la hausse de la valeur du point d’indice est urgente.
  • Une refonte des grilles :
  • aligner la carrière d’agent de caisse sur celle d’ouvrier, mieux adaptée et qui termine à 609,  comme pour les agents des bureaux ;
  • déplafonner les carrières pour tous les agents ;
  • offrir de vraies perspectives à tous les cadres ;
  • pour les lauréats de la promotion interne, rattraper le différentiel de traitement subi pendant la mise en évaluation.
  • Plus de transparence pour la rémunération variable : généraliser le système de la part variable de rémunération (PVR) à l’ensemble des cadres, et mettre en place des PVR collectives par service ou par unité pour l’exécution avec des objectifs clairs, discutés à l’avance et mesurables.
  • La refonte des prêts immobiliers de la Banque de France pour qu’ils redeviennent avantageux, en proposant un financement global des projets immobiliers avec un taux inférieur au marché.
  • L’augmentation de la prise en charge des frais de transport à 80 % pour les transports en commun (coût de revient du passe Navigo à 15 € en région parisienne par exemple), une VRAIE participation pour les agents contraints d’utiliser leur véhicule.


RECONNAÎTRE LE RÔLE DES CADRES ET DE LA MAÎTRISE PAR UN MANAGEMENT RESPONSABLE

  • Créer de véritables déroulements de carrière pour l’expertise, tant pour les cadres que pour la maîtrise,
  • Proposer le statut et la prime d’autonomie à tous ceux qui répondent aux critères objectifs et mesurables, y compris pour la maîtrise, et supprimer les « quotas » par région ou direction générale.


SÉCURISER LES PARCOURS PROFESSIONNEL

  • Négocier un accord prévoyance
  • Mieux accompagner financièrement la mobilité géographique : elle ne doit pas se traduire par une perte financière !

CES PROPOSITIONS VOUS PARLENT ?
VOUS VOULEZ LES VOIR ABOUTIR ?
LA CFDT VEUT L’OBTENIR PAR LA CONCERTATION ET LA NÉGOCIATION

Du 10 au 17 mars, donnez-nous les moyens d’agir,
votez et faites voter CFDT !