SECTION FIP 44 - BREVES 76 - LE 11 MAI NE SERA PAS LE RETOUR AU MONDE D'AVANT !

Publié le 28/04/2020

UN PLAN EN CACHE UN AUTRE

Le 13 avril Le Président de la République a annoncé le début du post confinement pour le 11 mai. A ce stade, cette date fait polémique au plus haut sommet de l’État. Cependant que ce soit le 11 mai ou plus tard, la DRFiP qui peine à mettre à jour son Plan de continuité de l'activité (PCA) doit anticiper la sortie du confinement et préparer un Plan de Reprise de l'Activité (PRA). La Direction assure qu'aucun accueil du département ne rouvrira le 11 mai. La CFDT salue cette décision, alors que le virus du Covid 19 continue de se propager.
Cependant, elle réfléchit à un retour progressif des agents dans les services. Avec la campagne IR qui vient de débuter, le nombre d'agents dans les services va augmenter. Les règles de distanciation vont demander plus de vigilance. Alors que l'Académie de Médecine préconise le port du masque, la DRFiP tergiverse encore. Le 11 mai ne sera pas retour au monde d'avant. La CFDT, demande que la Direction mette des masques à la disposition de tous les agents. En matière se sécurité et de santé au travail, l'employeur est soumis à une obligation de résultat.

TELETRAVAIL, PEUT MIEUX FAIRE

La DRFiP se targue de voir le nombre de télétravailleurs augmenter, pour arriver péniblement à 15 % de l'effectif. Avant le confinement la Direction recensait environ 100 télétravailleurs. Aujourd'hui ils sont 250 sur les 1600 agents que comptent la DRFiP 44. A ce jour la Direction n'a plus de PC pour équiper des agents demandeurs. La DGFiP a livré que 12 PC portables la semaine dernière.
Cependant une autre solution existe. Une note du ministère de l'Action et des comptes publics du 22 avril prévoit que dans le cadre du plan de continuité de l'activité (PCA), en période de pandémie, les agents sont autorisés à utiliser à leur domicile les poste fixes de type « Tiny » pour assurer la continuité de service en télétravail.
La CFDT a demandé à la Direction d'envisager le déploiement de ces petites unités centrales, qui permettrait d'assurer la sécurité sanitaire des agents en leur permettant de travailler à domicile, tant que le covid 19 présente un risque majeur pour leur santé. La Direction, s'engage à réfléchir à cette possibilité, mais préfère redéployer les portables des télétravailleurs qui vont revenir dans les services pour la campagne IR. Pour la CFDT, l'un n'empêche pas l'autre.


ORDONNANCE CONGÉS, L'HEURE DE LA SUSPICION

Dès le départ, la CFDT a demandé le retrait de l'ordonnance sur les congés qui est injuste à l'égard de tous agents et risque de créer la zizanie entre les agents lors du retour dans les services. Nos craintes sont justifiées par la DRFiP 44. La Direction a demandé à tous les agents de signaler leur position depuis le 16 mars, pour mettre à jour le logiciel Sirhius. Mais, le Pôle de Gestion Fiscale est allé plus loin dans sa demande avec les vérificateurs. Pour ces personnels qui télétravaillent, ils doivent justifier de ce qu'ils ont fait depuis le 16 mars et par demi journée.
Ensuite, leur responsable de service devra estimer à combien de jours de télétravail cela correspond vraiment et le communiquer à l'agent.
La CFDT a dénoncé avec force, la suspicion de la Direction qui stigmatise une partie des personnels et fragilise la relation entre le responsable et son équipe.
La CFDT a redit à la Direction les conditions fortement dégradées, les déconnexions intempestives, les amplitudes horaires démentielles qui sont le quotidien des télétravailleurs depuis le début de la crise sanitaire.
Les agents qu'ils soient en présentiel, en télétravail ou en ASA, sont tous dans des positions contraintes. Pour la CFDT ils doivent tous être considérés de façon égalitaire.
La CFDT dénonce ce mode de management basé sur la défiance, alors que la confiance devrait être le maître mot en toutes circonstances.

 

LA CAMPAGNE IR, AVANT LE POST CONFINEMENT

Dès la première semaine de la campagne Impôt sur les Revenus (IR), les E-contacts débordent des messageries et les agents répondent aux nombreux appels téléphoniques. Mais, la Direction assure que tout se passe bien.
Au fil de cette campagne, la Direction va mobiliser jusqu'à 130 agents des SIP en présentiel, soit 40 % des effectifs. Des collègues d'autres services comme les Brigades, les PCRP, mais aussi les auditeurs, les vérificateurs et même les collègues de la Direction du Contrôle Fiscal Centre Ouest (Dircofi) vont renforcer les SIP. Les agents viendront en renfort pour traiter les courriels, les rendez-vous téléphonés, les appels téléphoniques y compris ceux du Centre de Contact.
Pour réussir ce retour à la vie collective dans les services avant le déconfinement, la CFDT et l'intersyndicale exige de la Direction que le nombre d'agents revenant dans les services ne dépasse pas les 40 % pour permettre le maintien des règles de distanciation et des gestes barrières. Nous le réaffirmons, moins il y a d'agents dans les services, mieux nous luttons contre la propagation de la maladie. Nous devons rester solidaires des personnels soignants en nous protégeant.

Lire la suite ici

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS