CSRH : ce n'est pas encore dans la boîte !

Publié le 17/06/2015 à 15H20
Le groupe de travail du CHSCT Ministériel qui s’est tenu le 15 juin 2015 avait pour objet de faire le point sur l’avancement des projets de CSRH (centres services ressources humaines). L'exemple type de la centralisation des ressources RH, de projets informatiques très importants qui peuvent s'écraser avant même de décoller (ONP), de dispositifs d'accompagnement pensés par les directions et...beaucoup de stress pour les agents sans qu'aucune aucune étude sur l'ergonomie de l'application ne soit réalisée.

Les CSRH sont chargés d'assurer la gestion administrative et la paye des agents avec le système d'information SIRHIUS.

Un état d'avancement des travaux très variable

Le point d’étape des projets de CSRH montre une disparité d’avancement entre les directions :
- L'INSEE a mis en place une strucutre de relation à l'agent
- La Douane va s'engager dans la même démarche.
- Les autres directions s'organiseront autrement.

L'avancement du projet va du plus abouti (la paye de juin 2015 de l’administration centrale vient de basculer sur Sirhius), à la DGFIP, (en test sur une petite échelle). Des  témoignages d’agents de CSRH présents au CHSCTM soulignent le caractère « écrasant et stressant » de la mise en place et des test des nouvelles fonctionnalités de Sirhius. La CFDT est intervenue pour souligner qu’une fois de plus, un logiciel est implémenté sans qu’une étude a été réalisée sur ses qualités ergonomiques intrinsèques.


Un nombre limité de CSRH :
 - INSEE : 1 CSRH, Metz, 81 agents)
 - Admistrations centrale de Bercy et DGCCRF : 1 CSRH
 - Douane : 2 CSRH, Bordeaux, 87 agents
 - DGFiP : nombre officiellement indéterminé mais chacun aura en charge 12 000 dossiers et un service chargé de répondre aux questions des agents, site pilote à Tours.