Encore des efforts à faire sur la conciliation vie professionnelle - vie privée

Publié le 14/09/2015 (mis à jour le 16/09/2015)

Le GT du 8 septembre était consacré aux questions liées à la diversité et au handicap. La dernière réunion remontait au mois de septembre 2014.

En premier lieu, ont été examinées les actions de l’Insee en faveur de la diversité. Quatre axes structurent les actions entreprises :

  • conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée
  • handicap
  • égalité homme-femme
  • lutte contre l’homophobie

Dès 2010, l’Insee a obtenu le label « diversité » de la part d’AFNOR. En 2015, ce label doit être renouvelé. Un audit, intervenu en mai dernier, n’a relevé aucun point défavorable, ce qui permet à l’Insee de pouvoir repasser ce mois-ci devant la commission délivrant le label dans des conditions très favorables.

L’audit relève comme points positifs à l’Insee :

  • les procédures de recrutement
  • la politique de prise en compte du handicap
  • la charte du temps
  • l’accent mis sur l’équilibre vie professionnelle - vie privée
  • la démarche d’ancrage territorial
  • la formation des nouveaux agents avec, notamment, un module d’e-formation au CEFIL
  • le réseau des correspondants locaux

La CFDT estime aussi ces points comme positifs, mais, ils sont encore susceptibles de progrès.

Par exemple, si l’on considère la charte du temps, l’Insee était préfigurateur au plan ministériel, puisque cet accord remonte à novembre 2012. L’accord ministériel sur les conditions de vie et de travail a été conclu en 2013 et n’a toujours pas été suivi d’un prototype de charte de gestion du temps de travail servant de cadre à chaque direction des ministères économiques et financiers.

Pour autant, la charte du temps de l’Institut apparaît négligée car elle ne fait pas l’objet d’un suivi auprès des agents et des encadrants. Ceci est à déplorer !

Beaucoup d’agents ignorent les règles de cette charte et continuent à mener des pratiques professionnelles déséquilibrantes pour leur vie privée, souvent en raison d’une charge de travail incompatible avec des délais contraints .

Beaucoup de réunions sont encore fixées tardivement avec des ordres du jour ne permettant pas leur tenue dans des horaires compatibles avec la vie privée.

Les indicateurs liés à la diversité sont dorénavant saturés, prouvant les efforts accomplis dans ce domaine. De nouveaux indicateurs doivent être mis au point.

Une enquête traitée par le CEFIL, consacrée aux « interactions entre les choix professionnels et les choix personnels des agents de l’Insee » et menée entre le premier trimestre 2014 et juin 2015 a obtenu un taux de réponse important (60%) sur la base d’une participation de 1700 agents de l’Institut (1/3 des agents). Cette enquête a mis en lumière des pistes qui demandent à être approfondies.

Pour l’avenir, des grands chantiers sont ouverts :

  • mise en œuvre du plan égalité femme-homme
  • mise en œuvre des engagements sur la lutte contre l’homophobie
  • mise au point d’indicateurs pertinents de suivi
  • amélioration de la communication sur ces thèmes
  • renforcement des liens entre les acteurs du réseau des référents locaux.

En deuxième lieu, un document portait sur le bilan des actions entreprises envers les agents en situation de handicap pour la période 2012-2014.Tout d’abord, un point a été dressé sur les actions portant sur les conditions de travail des personnes en situation de handicap. Deux types d’action sont concernés : les travaux d’amélioration de l’accessibilité des bâtiments pour les agents en situation de handicap et les aménagements des postes de travail.

Plus de 60 000 euros ont été consacrés par la plupart des établissements aux travaux d’accessibilité sur la période considérée et plus de 220 000 euros aux aménagements de postes de travail sur les prescriptions des médecins de prévention. S’y ajoutent plus de 500 000 euros de dépenses de sous-traitance effectuées auprès d’entreprises de travail adapté et prises en charge sur le budget de l’Insee.

Les sommes totales représentent près de 800 000 euros sur la période considérée. Il est à noter que depuis 2012, l’Insee dépasse le taux légal de 6% d’emploi de personnes reconnues comme ayant la qualité de travailleur handicapé (RQTH) et ne verse plus de contribution financière au FIPHFP (Fonds d’Insertion pour les Travailleurs Handicapés dans la Fonction Publique).En matière de formation, la CRIPH (cellule de recrutement et d’insertion des personnes handicapées), auprès du Secrétariat Général de Bercy, assure deux jours de formation aux nouveaux correspondants handicap.

Un livret d’accueil décrivant l’ensemble des aides et des droits des personnes en situation de handicap est remis à tout agent nouvellement affecté que ce soit à la DG ou en DR. Parmi l’ensemble des actions relevant de ce thème, il convient de signaler tout particulièrement que l’attention a été portée en 2015 sur la situation des aidants familiaux, zone grise de l’attention portée au sujet du handicap.

Enfin, un document très complet a été soumis au groupe de travail. Il s’agit du « Guide de mise en œuvre du protocole pour l’insertion des personnes en situation de handicap à l’Insee ». Ce guide recense l’ensemble des acteurs intervenant dans le domaine du handicap et leur rôle ainsi que les procédures de recrutement  de gestion et d’accueil des personnes sen situation de handicap.

La CFDT a salué l’ensemble des efforts faits par l’Insee dans le domaine si sensible du handicap.

Lien vers les documents de travail des CTR (intranet secrétariat général/ UCAT)

Vos représentants à ce GT du CTR :

Nathalie Wach, Lorraine

Henri Mons, Basse Normandie