FORMATION INITIALE DES AGENTS EN SITUATION DE HANDICAP

Publié le 30/12/2014 à 15H30 (mis à jour le 16/03/2015 à 15H24)
La DG tient enfin compte du handicap ou de ses conséquences en adoptant 2 mesures, défendues par la CFDT Finances publiques, en faveur des stagiaires en situation de handicap.

Suite au dernier groupe de travail relatif aux agents en situationde handicap, la CFDT a réussi à obtenir deux nouvelles mesures :

- la formation initiale des personnes en situation de handicap sera aménagée si besoin.

Le directeur de l’ENFIP pourra accorder des autorisations d’absence à certains agents dont le handicap ou ses conséquences ne permettent pas à un stagiaire de suivre en présentiel l’intégralité de la formation. Ces absences seront accordées sur de courtes périodes, d’une demi-journée à deux jours, pendant lesquelles les stagiaires concernés suivront la formation depuis chez eux tout en bénéficiant d’un soutien pédagogique de la part de leurs enseignants.

- A la demande d’un stagiaire et sur présentation d’un certificat du médecin de prévention, le Directeur de l’ENFIP ou son représentant pourront accorder le remplacement, dans certaines situation de handicap, d’une épreuve écrite par une épreuve orale et inversement.

Qu’on se le dise, il ne s’agit pas de dispenser une formation "au rabais" mais de se conformer à la loi qui demande à l’employeur de compenser les conséquences du handicap du salarié. Ici, il s’agit de donner, aux stagiaires concernés, la possibilité de suivre la formation en intégralité, et de passer les épreuves de validations dans des conditions justes, sans favoritisme, tout en limitant les conséquences négatives de cette formation sur la santé des agents, comme ça pouvait être le cas jusqu’à présent.

Ces mesures devraient être opérationnelles pour les scolarités 2015-2016, pour les contrôleurs et les inspecteurs et 2016-2017, pour les techniciens-géomètres.

C’est une victoire pour la CFDT finances publiques s’en félicite mais nous ne comptons pas nous arrêter là.

La bataille pour la reconnaissance des droits des personnes en situation de handicap continue.

Ainsi, les épreuves de recrutement à la DGFIP doivent prendre le même chemin.

Rappelons qu’il ne s’agit pas de favoriser les candidats en situation de handicap mais de leur offrir les mêmes chances de réussite que celles données à un candidat lambda.