Tempête à la D.N.R.E.D !

Publié le 11/02/2016

 

La CFDT Douane réagit aux mesures judiciaires qui ont frappé nos collègues de la DNRED

 TEMPÊTE À LA DNRED

La plus terrible de toutes les peines pour l’homme social, c’est l’opprobre, c’est l’accablant témoignage del’exécration publique. — (Maximilien de Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante.)

Le 25 janvier 2016, deux juges et leur sicaires sont allés rafler des douaniers comme de simples malfrats, sans aucune considération, coupables avant même d'avoir été entendus.

Au saut du lit, menottés devant leurs jeunes enfants, avoirs bloqués, véhicules saisis, perquisitions musclées aux domiciles, dans les locaux professionnels, pressions psychologiques, violation du secret défense, menaces....

Pas de simples malfrats, des terroristes en puissance dénoncés d'abord anonymement puis enfoncés par les déclarations d'ex "collègues", eux même mis en examen, qui se défendent comme ils le peuvent, enferrés qu'ils sont pour leur faute personnelle. Pour ceux là , la Justice doit trancher depuis des années, mais il faut aller plus loin, ce ne peut qu'être le fruit d'une mafia organisée.

C'est bien connu, les douaniers sont tous des ripoux à la solde du gouvernement.

Quelle belle croisade pour des magistrats ambitieux, peut-être aigris par l'Etat d'urgence en cours. Ils écartent les premiers magistrats en charge du dossier, "trop mous", le service de police saisi à l'origine , forcément "trop conciliant"et haro sur la bête.

Le sang d'une Direction Nationale de prestige en charge de la Lutte Contre la Fraude, membre de la communauté du renseignement, quel meilleur plat !

Les agents jetés en pâture à la presse, un Service montré du doigt, une Administration accusée.

C'est l'opprobre, le couperet est tombé dans l'irrespect. 

Messieurs, vous venez de donner un spectacle bien triste dans cette période où la solidarité devrait être de mise, vous déclenchez une guerre des Services quand l'ennemi est à nos portes.

Alors oui nous vous le disons, les sentiments qui nous animent sont la honte, la révolte contre des méthodes répugnantes et surtout disproportionnées eu égard aux faits reprochés.

Messieurs si vous avez été aveuglés et manipulés par de petites gens, ayez l'humilité de vous excuser et revenez parmi les Justes poursuivre et punir les vrais truands, ceux qui menacent la sécurité de la population, l'ordre public. 

Le rôle du syndicat est d'informer, de représenter et de défendre les droits des agents.

Après l'émotion subie par le service, où en est t-on ?

6 collègues mis en examen sous contrôle judiciaire avec interdiction d'investiguer, ce qui implique pour 5 d'entre eux qu'ils seront vraisemblablement mis à disposition d'autres services (un retraité concerné).

Avoirs et / ou véhicules saisis, familles et enfants traumatisés, pressions en tout genre, cela est insupportable y compris par les spectateurs et les autres collègues.

Demain, cela pourrait tout aussi bien nous arriver, sans pour autant être impliqués dans quoi que ce soit d'illégal, il suffirait de travailler et de côtoyer une ou deux personnes peu recommandables, de simples déclarations d'un quidam mal intentionné et le tour est joué.

Mais point de suppositions, l'esprit des communications est simple, dénoncer des méthodes judiciaires inapplicables, à notre sens, dans ce dossier et informer, même imparfaitement, avec les éléments dont on dispose.

La DG s'est engagée, exceptionnellement à ne pas suspendre les "coupables présumés", enfin un peu de bon sens, laissons la Justice suivre son cours, il sera bien assez temps de parler sanction.

Certains ont peur que nos écrits indisposent, mais nous ne pouvons pas rester muets devant tant d'iniquité. Ne serait-ce pour que cela ne se reproduise pas en l'état. 

Enfin, sachez que nous restons à votre disposition pour de plus amples informations. Cela marche dans les deux sens, nous serions heureux de recueillir vos sentiments sur le traitement de ce dossier.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS