GT "Concours et bilan de la FP" - Va y avoir du sport ...et du boulot!

Publié le 16/06/2015 à 15H29
Le groupe de travail “Modernisation des Concours et bilan de la Formation professionnelle” du 9 juin dernier a apporté des aménagements... mais pas de révolution.

L'objet de ce groupe de travail paraissait ambitieux. Il s'agissait en fait plutôt d'aménagements par rapport aux épreuves (de sport) et aux conditions de diplômes pour concourir. La partie bilan se limitant à des orientations générales sans vraiment de données chiffrées.
Dans notre déclaration préalable, nous avons tout d'abord souligné la qualité et l'implication de tous les  acteurs de la FP tout en insistant sur les moyens à disposition de cette filière qui paraissent insuffisants pour faire face aux évolutions et difficultés que subissent et subiront les agents. Il a été rappelé également le contexte général en douane peu favorable au dialogue.
Cependant la CFDT reste fidèle à ses pratiques et ses engagements, toujours affichés et assumés : faire vivre le dialogue social en remplissant son rôle de représentation des personnels mais aussi par ses propositions et en participant aux débats.
Le boycott demeure judicieux et ciblé.
CGT et USD-FO étaient également présents.
Le président de séance a considéré notre constat trop pessimiste en invoquant un bilan de la FP excellent (et meilleur que celui d’autres administrations) … bilan dont nous n'avons pas eu communication !
Nous l'avons invité à prendre en compte alors l'avis du Comité d' Evaluation des Politiques Publiques dans son rapport sur la Douane (page 42) qui semble plutôt inviter la DGDDI à renforcer et prioriser le recrutement et la formation pour accompagner les évolutions des fonctions...

Service recrutement et formation professionnelle des DI
« Service après-vente bonjour ! »


Les évolutions concernant la formation initiale des stagiaires (dans l'école fusionnée de La Rochelle) reposent pour beaucoup dans les propos écrits de l'administration, sur les services des DI d'accueil qui doivent organiser les stages pratiques. De véritables services après-vente de la formation, mais avec quels moyens ?
La CFDT formule des propositions claires : homogénéiser les stages pratiques entre DI, mutualiser les bonnes pratiques et instaurer réellement l'idée que le stagiaire n'est pas censé compter pour 1 agent opérationnel. Ainsi nous souhaitons voire développer des stages reprenant :
● un véritable accueil des stagiaires pour leur permettre de découvrir leur nouvel environnement professionnel, avec un système de tutorat afin de faciliter l'adaptation aux fonctions.
● Des moyens humains et logistiques suffisants pour permettre aux DI de structurer et organiser cette phase de formation (sur le modèle de ce qui se fait à Roissy par exemple).

Nous avions porté les mêmes revendications de manière illustrée et argumentée dans le cadre du CTSCR de la DG et avions obtenu la mise en place de ce style d'accueil pour les inspecteurs stagiaires (depuis 2 sessions maintenant). L'administration a reconnu le manque d'homogénéité et a affirmé vouloir faire évoluer ces stages pratiques ...

Nouvelle école : un entêtement préjudiciable

Par ailleurs, toujours au sujet de la nouvelle offre “formation initiale” de l’ENBD, nous ne pouvons que critiquer vivement à nouveau l’entêtement de l’administration à vouloir mener jusqu’au bout son projet pédagogique sans aucune prise en compte de nos propositions.
Nos contributions visaient entre autre à garder des enseignants “SURV” et un fonctionnement en brigade dans le but de maintenir le retour d’expérience et respecter un peu mieux le futur environnement de travail des stagiaires : des éléments essentiels de ce type de formation… Les cours magistraux auraient été similaires pour l’ensemble de l’enseignement commun.
Ceci n’obérait pas à la volonté de renforcer la synergie des 2 branches, seul point à ce jour positif du nouveau schéma voulu par la DG...

Qualité de vie au travail : une formation pertinente soutenue par la CFDT

Malgré certains réfractaires cette formation dispensée déjà à plus de 400 cadres (et qui devrait atteindre 700 à la fin 2015) se révèle positive.
La CFDT a fait part de sa satisfaction dans l'appréciation de ces formations qui découlent directement du COPIL « bien être au travail » dans lequel nous nous sommes largement investis.

"Vive le Sport"...enfin que pour l’entrée en douane

Dans une volonté de professionnaliser les épreuves de concours - enfin juste les épreuves de sport - la DG propose d’en supprimer certaines et d'en intégrer de nouvelles. L'idée étant donc de faire correspondre ces épreuves aux conditions physiques requises pour exercer en surveillance.
Ainsi :
● Exit le lancer du poids et le saut en hauteur (il est vrai un peu en décalage avec les
fonctions attendues, d'autant que ces sports n'ont plus été pratiqués depuis le lycée
ou le collège pour la majorité des candidats).
● Exit la natation : une simple attestation de réussite à un test de natation 50 m nage
libre sera demandée pour les épreuves par spécialité (pilote d'hélicoptère, pilote
d'avion et maintenance navale).
● Entrée en lice d'épreuves de gainage et de pompes.
● Modulation des distances pour les épreuves d'endurance (2 000m au lieu de 1
000m) et de sprint (60m au lieu de 100m).
Consulter les barèmes page 6 et 7 :Concours - Fiche 1B - GT 09 juin 2015
A noter que les épreuves seront désormais les mêmes pour les hommes et les femmes (avec différenciation des barèmes selon le sexe et l'âge). Une note moyenne en dessous de 5/20 entraîne l'élimination du candidat.

Des discussions se sont tenues sur l'opportunité de garder les 2 épreuves de courses en plus des tests de gainage et des pompes, et sur la difficulté des barèmes.Pour la CFDT, il est préférable de partir sur l'option de 4 épreuves (gainage, pompe,endurance, sprint) tout simplement parce qu'avec une variété plus grande cela permet aux candidats d'avoir plus de chance d'équilibrer la note globale par rapport à d’éventuels «points faibles »...ce qui compense également de fait les barèmes a priori « pas évidents» en gainage et pompes...

A nos interrogations, l’administration nous répond qu'ils ont été établis par les référents sports de l'ENBD et correspondraient bien aux conditions requises pour exercer en SURV.
De plus, selon nous, s'agissant d'un concours tout le monde par définition est soumis aux mêmes barèmes. Pour avoir une meilleure appréciation de l'impact de ces barèmes nous avons invité l'administration à nous fournir les statistiques des 1ers concours « nouvelle formule », ce  qu'elle fera.
FO est intervenue pour demander des épreuves de traction et pour signaler que les barèmes d'endurance étaient trop faciles.

L'administration retiendra bien l'option des 4 épreuves gainage/pompes/sprint/endurance. Point positif : tout   un chacun peut s'entraîner sans recourir à du matériel particulier.

Globalement, cette cohérence sport / conditions physiques pour exercer en surveillancesemble aller dans le bon sens... Cependant la CFDT a critiqué le décalage entre cette volonté affichée au travers des recrutements et la place accordée au sport par la suite... En effet, il y a déjà quelques années la DG décidaient de supprimer les heures de sports prévues et accordées aux agents de la SURV. Autrement dit : il faut être en bonne condition physique à l'entrée en Douane mais aucune incitation n'est donnée pour le reste de la (longue) carrière. Un manque de cohérence évident...

Nous avons demandé ainsi la mise en place de vraies séances d'« entretien physique » complémentaires aux séances TPCI par exemple. D'ailleurs certains formateurs TPCI n'hésitent pas à sortir du carcan purement « TPCI » et programment en début de séance des exercices utiles et « ludiques ». La DG a reconnu qu'il s'agit là d'un vrai sujet sur lequel travailler. Elle souhaite cependant y aller « progressivement » en commençant d'abord par le recrutement... Nous attendons la suite !

Le certificat médical obligatoire

Désormais afin de se décharger de toute responsabilité l'administration, cette dernière demandera la présentation le jour des épreuves d'un certificat médical mentionnant l’absence de contre-indication à la pratique des sports au programme des épreuves.

A défaut de présentation de l’attestation médicale le candidat écopera d'une note de 0 et sera de fait éliminé (hors cas des femmes enceintes ou dans le délai légal postnatal qui
produisent un certificat médical : celles-ci se verront attribuer la note moyenne des candidates).
A notre question sur l'aptitude « partielle » (exemple : course possible mais pas le gainage) un 0 sera attribué uniquement dans le sport faisant l'objet de l'« impasse » .

Télé Réalité ou Télé concours

L'administration souhaite instaurer la possibilité d'organiser des épreuves orales d'admission par visio-conférence pour les candidats des territoires ultra marins, sans que cela soit un droit pour l'agent. Ce dispositif est déjà en vigueur pour les recrutement de certains agents Berkani et pour les oraux de stage de formation initiale.

La CFDT a fait préciser et intégrer au projet d'arrêté qu'il s'agissait d'une possibilité offerte au candidat et qu'il ne s'agit pas d'une obligation. A noter que le candidat interne pourra dès lors bénéficier de la prise en charge des frais de transport même s'il refuse la visio conférence.
Une phase test sera respectée, en mettant en place ce nouveau dispositif pour les oraux des concours 2016 dans les DOM disposant des infrastructures minimales exigées.
(NB : les épreuves se dérouleront en simultanée avec la métropole. Les jurys seront ceux présents à Tourcoing).

Mise à jour des diplômes et titres requis

L' arrêté fixant la liste des diplômes ou titres requis pour concourir à chacun des concours externes contrôleurs (SU-CO- Spécialités) sera mis à jour afin de tenir compte de nouvelles équivalences.
Voir: Concours - Fiche 3C - GT 09 juin 2015

La problématique recrutement des pilotes

La CFDT a demandé des précisions sur les qualifications exigées pour l'examen de pilote.
Nous avons manifesté ainsi notre crainte par rapport à des niveaux d’expérience requis pour le concours peut être trop sélectifs et qui pourraient réduire encore le « vivier » de candidats, sans que cela s'avère forcément nécessaire au regard des fonctions demandées. En particulier nous souhaitions l'abaissement de la durée d'expérience minimale de vol (de 1 500h à 1 000h) et la suppression de l'IR (Instrument Rating) dans la licence demandée (CPL/IR).
La DG nous a affirmé que ces niveaux de qualification ne présentent pas d'obstacle en matière de recrutement : en effet pour le concours 2015, les candidats admissibles ont notamment une moyenne d'heures de vol de 2 500h. Elle a reconnu cependant une fois encore le problème d'attractivité essentiellement dû à l'aspect indemnitaire, dossier dans lequel la CFDT persévère pour faire avancer les choses. Nous attendons toujours les suites des discussions et les GT promis par la DG !


Nous réaffirmons ainsi notre volonté de voire la création d’une cellule d'adaptation aux
métiers sur le modèle de l'ex CNM (cellule nouveaux métiers) instaurées lors de la réforme
du dédouanement

Après ce GT, il ne faut donc pas s'attendre à une révolution en matière de modernisation des concours mais plutôt à des aménagements qui répondent en partie à des logiques que nous pouvons partager.

Des propositions restent en suspens mais nous prenons acte de la volonté de l'administration de faire évoluer les choses (notamment sur le cadrage des stages pratiques ou la place du sport).
Pour la CFDT en matière de FP, pour affronter les évolutions à venir et permettre à chacun de s'y adapter au mieux, la formation est un élément clef.
Nous réaffirmons ainsi notre volonté de voire la création d’une cellule d'adaptation aux métiers sur le modèle de l'ex CNM (cellule nouveaux métiers) instaurées lors de la réforme du dédouanement. Cette cellule serait composée de formateurs mobiles, capables d'intervenir sur tout le territoire et de répondre de manière très dynamique aux besoins des services et des agents.
Cette préoccupation est d'ailleurs un des points importants défendus par la CFDT et la CFTC dans le cadre des négociations sur l'accompagnement social.
La priorisation de la formation ne doit pas être un simple effet d'annonce !