Communiqué intersyndical : DNRED "Vrais & faux voyous"

Publié le 04/02/2016

L'intersyndicale douanière adresse ce communiqué en réaction aux excès qu'ont subi plusieurs collègues de la D.N.R.E.D placés en garde à vue, dans des conditions intolérables. 

Vrais et faux voyous

La semaine dernière, des OPJ zélés dirigés par deux magistrats non moins zélés ont interpellé des agents de la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières (D.N.R.E.D.), avec (cerise sur le gâteau!) perquisition d'une partie du siège de cette dernière ! 

Il s'en est suivi une rafale de gardes à vue de 96 heures (!), avec des joyeusetés du style : perquisition au domicile au petit matin, avec menottage devant les enfants, blocage des comptes bancaires, saisie des véhicules personnels (pourtant lambda et achetés à crédit …) Même dans la simple considération des agents de l'Etat, ce fut exécrable (menaces, agent couchant par terre, mise en cellule avec un pauvre diable de migrant, refus de faire passer la moindre chemise propre malgré la durée de la GAV, …)

Incompréhension totale. Nous dénonçons fermement ces pratiques, plutôt de mise pour des faits de banditisme, ce qui n'est absolument pas le cas des collègues en question. 

Si les enquêteurs cherchaient des corrompus, apparemment ils ne les ont pas trouvés. les investigations préalables auraient peut-être pu suffire à lever le doute. S'il s'agit d'une enquête sur des méthodes utilisées parfois par les services (vous noterez le pluriel …) dans la traque des stups, cela ne justifiait pas de même de tels comportements. Soit dit en passant, la Douane est loin d'être le plus mauvais élève en matière de méthode justement …

Même si l'affaire a donné lieu à quelques mises en examen, ces faits s'inscrivent, à quelques exceptions près, dans le cadre de faits de service. La pression des objectifs, voire le délire des quantités ronflantes n'est d'ailleurs pas pour rien dans la chose. 

L'image de services gangrenés par la corruption est une fiction totale. Mais de même, croire que l'objet de l'enquête judiciaire ne relève que d'actes individuels d'agents ayant franchi ou plutôt flirté avec les limites plus ou moins consciemment, traduirait également une certaine hypocrisie. 

A ce stade, administration et Ministère semblent soutenir les agents. Mais, à notre sens, il faut aller plus loin et ramener de la sérénité dans tout cela. A défaut, la casse pour les agents, mais aussi pour les services, serait terrible. Et cela, il faut le conjurer à tout prix. Sinon il n'y aura au bout du compte qu'un vainqueur : le camp des (vrais) voyous et pas du tout l'esprit de justice, ce qui serait un comble s'agissant d'une enquête judiciaire. 

Paris, le 3 février 2016

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS