POSTES DE TRAVAIL DES ENQUÊTEURS

Publié le 08/07/2016 (mis à jour le 12/07/2016)

Le cabinet d’ergonome, mandaté par le CHSCT en janvier, a rendu son rapport sur l’état des lieux de l’activité des enquêteurs sur leurs différents lieux de travail (domicile, voiture, logement de l’enquêté etc ). Il stipule des préconisations pour améliorer les conditions de travail au domicile de l’agent ou en extérieur. Les membres du CHSCT-S demandent que ses conclusions soient présentées aux enquêteurs et aux équipes DEM et Prix.

Lors de ce CHSCT, la Direction a été très réticente à autoriser l'intervention de l'ergonome auteur de l'étude. Celle-ci a même tenté de convaincre l'auteur de réécrire une partie de l'étude sous prétexte qu'elle comporterait des erreurs. Il aura fallu plusieurs réclamations et une suspension de séance pour obtenir sa présence.

 Les membres du CHSCT-S déplore l'attitude de la Direction !

ÉTAT DES LIEUX

Les trois quarts des postures adoptées durant la journée de travail sont contraintes et instables. Mais l’employeur ne peut agir sur la majorité des contraintes posturales quotidiennes. En effet, celles ci proviennent des conditions de réception chez l’enquêté ou dans les points de vente.
La seule possibilité d’intervention est donc à la résidence administrative (domicile) de l’enquêteur où un aménagement ergonomique serait possible.
En effet, le prestataire rappelle que les agents et leurs conditions de travail sont sous la responsabilité de l’employeur.
Le cabinet ne préconise pas de compensation financière en raison du problème juridique que cela engendrerait. Ce sont les conditions matérielles qui doivent être prises en compte.
Plusieurs éléments d’aménagement du poste de travail au domicile sont à prévoir (plan de travail, fauteuil, éléments de rangement etc ).
Cela permettra une meilleure installation, avec une facilité de rangement des documents préservant ainsi une confidentialité optimale.


CHARGE DE TRAVAIL
La question de l’équilibre des tournées est à traiter. Un retour sur la réalité des tournées pourrait être mis en place. Il y a par exemple l’enquête emploi où les agents peuvent rencontrer une majorité de ménages composés de plusieurs individus alors que d’autres fois ce sera des ménages avec un seul individu.


TEMPS DE TRAVAIL

Les formations gestes et postures devraient être suivies par tous les enquêteurs. L’ergonome préconise des pauses toutes les 40 minutes.


COLLECTIF
L’étude met en avant l’importance des échanges entre les collectifs enquêteurs et les collectifs DEM et Prix pour que chacun comprenne le métier de l’autre.

ESPACE DE TRAVAIL
L’étude indique qu’il y a nécessité d’un espace de travail aménagé au domicile avec :

  • un accès à une prise réseau pour ceux ayant des difficultés avec la clef 3G
  • une installation de type bureautique suivant les préconisations de l’INRS1
  • une luminosité minimale de 350 lux autour de l’écran
  • un fauteuil permettant les 5 réglages d’une tache bureautique.

La surface de travail serait d’environ 6 à 7 m² afin d’offrir un confort maximal.

 

.....

Pour aller plus loin