L'impact du prochain reclassement des postes comptables se précise !

Publié le 08/06/2016

A l'issue de la dernière réunion Classement des postes comptables du 26 mai 2016, l'inquiétude va grandissante sur les conséquences en termes d'accessibilité aux emplois C1 dans les prochains mouvements.

Retour au sommaire n° 57

En effet, si les impacts conjugués des restructurations, de la réforme territoriale et des évolutions de procédures seront relatifs sur l'ensemble du réseau des postes comptables, ils seront  particulièrement importants au sein de la catégorie C1, les C2 étant moins touchés avec un taux de stabilité de près de 85 %.

Les simulations présentées lors du GT du 26 mai mettent en lumière un taux d'instabilité des postes C1 très important dans les familles les plus impactées. Dans l'ordre d'instabilité, parmi les cinq familles les plus impactés, on aura celle des :

  • SPF (services de publicité foncière) : avec 18,58 % de postes C1 stables ;
  • TM (trésoreries mixtes) : avec 30 % de postes C1 stables ;
  • SIP (services des impôts des particuliers) : avec 34,03 % de postes C1 stables ;
  • SIP-SIE (services des impôts des particuliers et des entreprises) : avec 38,09 % de postes C1 stables ;
  • SIE (services des impôts des entreprises) : avec 53,92 % de postes C1 stables.

Les familles, dont la catégorie C1 sera la moins instable, seront celles des PRS (pôles de recouvrement spécialisé) avec 61,54 % de postes C1 inchangés et des TS (trésoreries spécialisées) avec 65,97 %.

Cette situation aura forcément des conséquences sur les prochains mouvements C1, avec en cas de déclassement/reclassement, la mise en œuvre de la règle de priorité absolue pour les comptables, qui devront muter pour retrouver un emploi comptable correspondant à leur grade.

Autant dire que les prochains mouvements seront très délicats à gérer avec, dans certaines familles de postes comptables, comme seule possibilité de changement d'affectation, celle liée uniquement à un déclassement/reclassement.

L'avenir risque fort de s'assombrir encore plus en termes de débouché de carrière, alors que le climat social et les conditions de travail ne cessent de se dégrader, au fur et à mesure des milliers de suppressions d'emplois accumulées d'année en année.

Et ce ne sont pas les lignes directrices de la DGFiP, concoctées récemment par le directeur général, qui vont rassurer les collègues, bien au contraire.

Le terme employé de "masse critique" pour désigner les structures à fusionner ou à supprimer directement réduira d'autant le nombre total de postes comptables. Il restera des postes de plus en plus importants, concentrés de plus en plus dans les catégories C1 ou C2, et ceux-ci, de fait, ne seront accessibles qu’aux plus gradés et/ou aux plus "chanceux" !

Les représentants des personnels, qui siègeront dans les prochaines CAP nationales, auront fort à faire pour défendre les collègues contraints de trouver un autre emploi dans les trois années prévues par le dispositif des garanties liées au classement. Les élus CFDT Finances publiques seront en tout cas très vigilants pour éviter au maximum des inégalités de traitement.

Retour au sommaire n° 57