Déclaration liminaire des agents administratifs : révision de l'évaluation des AAP2

Publié le 28/11/2016

Austérité et régression à la DGFiP

Le nombre de suppressions d'emplois est, année après année, toujours aussi insupportable. Le Directeur général se vante d'en avoir sauvé 500 afin d'assurer la mise en œuvre du Prélèvement à la Source alors que la DGFiP subira 1630 suppressions en 2017 et ce malgré une situation catastrophique dans les services et une détérioration continue des conditions de travail des agents.

Le travail s'effectue difficilement et les nombreux postes vacants non pourvus ne facilitent pas la chose. De plus, les directions locales qui abusent des détachements locaux augmentent par ricochet la pénurie d'agents dans de nombreux postes. Aucune mission-structure n'est épargnée.

 

La CFDT demande l'arrêt immédiat des suppressions d'emplois.

Pour revenir au sujet de cette CAPN, la CFDT Finances publiques revendique un avancement de carrière linéaire et systématique.

La valeur professionnelle d'un agent se bonifie avec le temps et l'expérience qu'il acquiert. Il est évident qu'après quelques années de pratique, un agent est plus expérimenté qu'en début de carrière. La reconnaissance de la part de l'administration ne peut donc se traduire que par une évolution de grade avec le gain financier et le déroulé de carrière correspondants.

La CFDT Finances publiques espère qu’une partie des iniquités disparaissent, notamment celles concernant les agents à temps partiel, ceux qui mutent, ou encore ceux qui réussissent des concours.

La CFDT Finances publiques sera attentive à la procédure du recours hiérarchique qui ne doit en aucun cas être un moyen de pression mais un moment supplémentaire de faire bon droit à la demande d’un agent « oublié » de la bonification.

La CFDT Finances publiques condamne la pratique de l’écureuil. En effet, certaines directions conservent encore sur 2016 des reliquats importants.

La CFDT Finances publiques demande des explications et analyses concernant la baisse du taux de recours entre l'autorité hiérarchique et la CAPN. En effet, nous passons d'une proportion de 2,2 % à 0,1 % sans que l'on sache si cette diminution est liée à une satisfaction ou un découragement des agents concernés.

La CFDT Finances publiques vous interroge aussi sur la nouvelle forme que devrait prendre le système de l'évaluation professionnelle en 2017 dans le cadre de la mise en œuvre du PPCR.

En effet, la CFDT revendique un cadencement identique pour tous les agents et la suppression des majorations/réductions, sources d'injustices, car tous doivent être traités de la même manière.

 

En conclusion, il faut que l’ensemble des personnels sache que, pour la Direction générale, les droits sociaux et la défense de leurs intérêts individuels et collectifs n’ont plus aucune importance. Après les attaques récurrentes sur les emplois et les structures, l'administration ose franchir la ligne rouge en s’attaquant aux acquis sociaux de ses propres agents.

La CFDT refuse et combattra cette logique mortifère pour la DGFiP, ses personnels et leurs représentants qui les défendent au quotidien.

 

Les Elus C : Grégory BOILEAU et Eric GOHIER Expert : Patrick Laurent