Tableau d’avancement 2017 au grade de contrôleur principal (CAPN)

Publié le 04/11/2016

des promotions en baisse, la pression en hausse

Ce tableau d'avancement a eu lieu, pour une fois depuis très longtemps, à la bonne date. Les années antérieures, le taux de promotion n'était pas connu ou trop tardivement et ne permettait pas de tenir la CAPN dans les temps voulus. Ce taux est un taux ministériel. Pour la DGFIP, l'harmonisation vers les taux de promotion Fonction publiques, voulue par le gouvernement entraîne une baisse importante du nombre de promus.

Le tableau d'avancement est un promotion au mérite. Ce mérite consiste à établir un classement à l'ancienneté administrative dont sont exclus les agents ayant eu une note négative ou une procédure disciplinaire. Pour permettre au maximum une promotion avant le départ en retraite, la Direction générale fixe un âge tous les ans où à titre dérogatoire des agents sont promus au bénéfice de l'âge.

Pour l’année 2017, globalement, 702 collègues pourront bénéficier de la promotion par tableau d’avancement et 234 au titre du concours professionnel.

Les élus CFDT ont dénoncé le manque de reconnaissance professionnelle qui devrait se traduire par des promotions à hauteur des investissements personnels et professionnels des agents et non à une promotion limitée en raison des restrictions budgétaires.

Lors des débats de cette CAPN, la Direction générale a affirmé que le Prélèvement à la Source a sauvé des emplois. Le Ministre lui-même a annoncé une surcharge de travail, la CFDT finances publiques a beaucoup de mal à accepter cet argument !

Des restructurations qui chamboulent les acquis de la fusion

 Pour la Direction générale, les restructurations sont dues au fait qu'elle réfléchit pour travailler mieux dans l'intérêt du service public et que son objectif est de conserver nos missions tout en préservant les agents. « Ne rien faire, c'est dire faites votre travail sans aide ». Les collègues qui ont vu leur poste restructuré ou supprimé apprécieront l'aide de la Direction générale !

 Toujours pour la Direction générale, modifier les règles de mutation devient une priorité en raison de la forte baisse des ressources globales, de la nécessité d'accompagner les restructurations et surtout de ne pas perdre des compétences. Ainsi une mesure de mutation d'office sera limitée géographiquement mais, pour la CFDT, une mutation d’office reste une mutation subie par le premier intéressé ! N'oublions pas la devise de la Direction générale : l'intérêt suprême est que les agents puissent travailler correctement dans de bonnes conditions…. Même contre leur gré.

 En centrale, la chasse aux divergents

 Pour finir, les inspecteurs en Centrale vont se voir évalués sur leur compétences par leur supérieur. A l’issue ils pourront être invité à rejoindre le réseau. Les chefs de bureau décideront qui peut rester en centrale, qui retourne en formation et qui reste en fonction. Il faudrait faire du ménage en raison d'un « surnombre d'inspecteurs », alors la DG monte un système en apparence objectif mais qui a du mal à cacher l’arbitraire qui permet de juger l’individu sur sa compatibilité avec les attentes de son chef. Pire, aucun recours ne sera possible puisque les CAP ne seront pas informées des décisions.

 

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS