Groupe de travail RH de l'informatique du 19 septembre 2016

Publié le 20/09/2016

Déclaration liminaire : La CFDT Finances publiques veut des réponses claires de la Direction générale concernant l'informatique

Lors du groupe de travail du 31 mai, les organisations syndicales ont demandé la tenue d'une réunion sur les ressources humaines de l'informatique à la DGFiP.

Mais les agents de votre service sont frustrés : tous les ans des fiches sont débattues sur des points particuliers qui concernent le temps de travail, basé sur des décisions prises au moment de la mise en service de l'ARTT. A l'instar des fiches envoyées aux organisations syndicales pour le GT du 14 février 2012 et jamais étudiées, les conditions de vie au travail n'ont jamais été discutées sur le fond, ce qui est cause d'incompréhensions. D'ailleurs dans l'instruction sur le temps de travail, en ligne sur Ulysse, une phrase clôt le chapitre : « Le travail en équipe – Cette section fera l'objet d'une harmonisation après la finalisation des dispositions relatives aux personnels des services informatiques. »

La CFDT Finances publiques prend acte de l'écoute apportée par le chef de service des systèmes d'informationetvous demande donc une réunion spécifique sur les sujets suivants : les horaires, les astreintes, les heures supplémentaires, l'amplitude horaire, ainsi qu'un état des lieux de leurs compensations.

D'après la définition de la DG, cet après midi se tient une réunion de « concertation » : « réunion de présentation de projets soumis à la discussion et pour lesquels l’administration souhaite recueillir la position des OS et le cas échéant leurs propositions d’évolutions desdits projets. »

Toutefois, seule une demi-journée sera consacrée à ce GT pendant laquelle seront discutées 9 fiches (sans compter leurs annexes) avec un délai de préparation de moins d'une semaine. Pour la CFDT Finances publiques, le temps imparti est trop court.

D'autre part, comme le rapporte un journaliste, « annoncée fin 2015, la nouvelle gestion des ressources humaines au sein de la fonction publique d’État est progressivement mise en œuvre au sein des administrations sous le pilotage de la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP). “Nous travaillons à développer une culture managériale interministérielle commune”, confiait ainsi en juillet le patron de la DGAFP, Thierry Le Goff. Reste que la réunion interministérielle programmée avant l’été, au cours de laquelle les ministères devaient présenter la manière dont ils repensent leur gestion RH, a été reportée. Elle devrait (pourrait ?) s’organiser à la rentrée. »

La CFDT Finances publiques ne veut pas de langue de bois : où en est-on pour les agents de la DGFiP détenant une qualification informatique ? Au niveau Fonction publique sont-ils réellement reconnus comme des informaticiens à part entière ?

 NOUS VOULONS DE LA GPEEC !

Nous allons aujourd’hui aborder plusieurs fiches qui concernent le recrutement ou les qualifications informatiques. Il y a en effet un problème de renouvellement des informaticiens. Il est urgent de faire un bilan sur les besoins actuels et futurs d’informaticiens.

La méthode GPEEC réside habituellement en trois phases :

  • Identifier les facteurs de changement ;
  • Estimer les impacts de ces facteurs sur les métiers ;
  • Mettre en œuvre une politique des « ressources humaines ».

Nous demandons à nouveau que la DG poursuive le travail démarré en 2011 et nous présente ses analyses sur ces trois points. Si elle en a...

Voici ce qu'écrivait la CFDT Finances publiques en liminaire du GT informatique du 11 juin 2014 ! Oui, la CFDT Finances publiques veut une véritable gestion prévisionnelle des emplois et des compétences !

Pour la CFDT Finances publiques, le fait de produire des fiches sur les recrutements de telle ou telle qualification ne permet pas de justifier d’une vision globale et prévisionnelle des emplois informatiques.

En ce qui concerne les fiches d'aujourd'hui, la CFDT Finances publiquesinterviendra sur les sujets au fur et à mesure de leur évocation. Toutefois, la CFDT Finances publiques souhaite que, compte tenu du nombre d'agents impactés, la fiche 9 soit évoquée en premier. Pour la CFDT Finances publiques, les formules contenues dans cette fiche ne sont pas adaptées : l'emploi du conditionnel ainsi que le terme « éventuellement » n'implique pas d'obligation pour les DiSI. La CFDT Finances publiquesdemande que les groupes de travail associent l'ensemble des agents impactés ainsi que des membres des organisations syndicales représentatives à la DGFIP. La CFDT Finances publiquesreviendra sur le sujet.

Un autre sujet d'importance est porté par la fiche 7 : l'affectation locale en SIL proposée est une nouvelle remise en cause des règles de mutation à la DGFiP. La CFDT Finances publiquesy est très fermement opposée.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS