Taxe carbone et justice fiscale

Publié le 04/09/2009 à 00H00
Les activités humaines augmentent de façon considérable les concentrations atmosphériques de certains gaz qui tendent à réchauffer la surface de la terre. Par ailleurs, les énergies fossiles non renouvelables, vont s'épuiser à plus ou moins long terme.
Taxe carbone et justice fiscale
Taxe carbone et justice fiscale
Les activités humaines augmentent de façon considérable les concentrations atmosphériques de certains gaz qui tendent à réchauffer la surface de la terre. Par ailleurs, les énergies fossiles non renouvelables, vont s'épuiser à plus ou moins long terme.

Le monde doit donc se préparer à une modification profonde de ses modes de développement, de production et de consommation.

Les Etats doivent dès maintenant prendre toutes les mesures nécessaires pour anticiper ces phénomènes. En France, c’est l’objectif du Grenelle de l’environnement.

La fiscalité est un des outils de l’Etat permettant d’influer durablement sur les comportements individuels et collectifs tout en assurant une redistribution des plus riches vers les plus pauvres.

Le gouvernement français s’apprête à mettre en place un taxe carbone sur les énergies mais en excluant l’électricité. Elle se traduirait en fait par une augmentation de plusieurs centimes sur les carburants, le fioul et le gaz, qui pénaliserait d’abord les foyers modestes. A l’heure actuelle le projet du gouvernement est flou, il ne comporte aucune mesure visant à assurer une réelle justice entre les ménages.

La taxe écologique doit, pour la CFDT Finances, modifier durablement nos habitudes de vie liées aux énergies non renouvelables sans entrainer de perte de pouvoir d’achat pour les populations fragiles et les classes moyennes.

Le produit de cette taxe devra aussi être consacré aux investissements favorisant par exemple les transports collectifs et les moyens de transports moins polluants.

Le gouvernement Fillon aura beaucoup de difficultés à imposer une fiscalité écologique dans le mesure où il envisage dans le même temps de supprimer la taxe professionnelle avec la tentation de transférer la charge fiscale des entreprises vers les particuliers. Il perd en outre en crédibilité en persistant à maintenir le paquet fiscal et en me remettant pas à plat l’ensemble du système fiscal.