Gel de la valeur du point d’indice : une annonce brutale et inacceptable

Publié le 30/06/2017 à 15H27
Après les annonces de Gérald Darmanin, la CFDT Finances exige une revalorisation du pouvoir d’achat.

Un dialogue social en panne

Le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin s’appuie sur le rapport de la Cour des Comptes sur La situation et les perspectives des finances publiques publié le 29 juin pour annoncer, le jour même au journal télévisé de 20h et sur Twitter, le gel de la valeur du point d’indice.

Se disant attaché au dialogue social, il préfère néanmoins prendre les Français à témoin pour désigner les fonctionnaires comme un coût pour la Nation. Que pourra-t-il discuter avec les fédérations de fonctionnaires qu’il rencontrera au Conseil Commun de la Fonction publique le 10 juillet ?

Darmanin innove avec le gel rétroactif

L’unique annonce du ministre qui stigmatise les fonctionnaires est imprécise : qu’entend-il par le gel de la valeur du point d’indice comme mesure d’économie en 2017 ?

Après dix années de gel, la valeur du point d’indice a été augmentée (0,6% en juillet 2016 et en février 2017). La CFDT avait jugé cette augmentation insuffisante.

La ministre souhaite-t-il revenir sur l’augmentation de février 2017 ? Ce serait le premier gel rétroactif de l’histoire de la Fonction publique !

Ferme-t-il la porte aux discussions prévues pour 2018 ? Sans même évoquer la revalorisation du point d’indice, comment va-t-il compenser la hausse de la CSG pour les fonctionnaires s’il n’augmente pas à due proportion la valeur du point d’indice ? Le risque est réel que les fonctionnaires perdent à cette occasion du pouvoir d’achat.

On ne touche pas à PPCR !

Dans un courrier adressé le 29 juin 2017 à la fédération, le ministre affirme qu’il inscrira son « action dans la continuité en procédant par ajustements ».

Entend-il revenir sur l’application du protocole PPCR et donc sur la parole du gouvernement de la République ? Pour la CFDT Finances, les gains de PPCR pour les agents ne doivent pas être remis en cause. C’est une ligne rouge.

Le ministre entend-il revoir, une nouvelle fois à la baisse, les taux de promotion pour les agents des ministères économiques et financiers, composante importante du pacte social ? La CFDT Finances sera exigeante pour que les carrières des agents soient garanties.

Une explication à venir

Le Comité technique ministériel prévu le 3 juillet a été repoussé pour cause d’allocution du Président de la République devant le Congrès à Versailles. La CFDT Finances interpellera les ministres pour qu’il s’expliquent sur leurs choix et leurs conséquences sur le pouvoir d’achat, les emplois, les restructurations et les conditions de travail des agents.

Non, monsieur le ministre, les fonctionnaires ne sont pas un coût, ils sont une richesse pour ce pays. Ils font vivre la République au quotidien et mériteNT mieux que ça.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS