Au gouvernement les fonctionnaires restent écartés de la réforme

Publié le 12/02/2016

Le nouveau gouvernement Valls a été nommé le 11 février. A Bercy les titulaires ne changent pas. A la Fonction publique, on continue hélas à séparer les fonctionnaires du ministère chargé de réformer l’État.

Le Président de la République a maintenu Michel Sapin (Finances et Comptes Publics) et Emmanuel Macron (Économie, Industrie et Numérique) dans leurs fonctions actuelles. Ils restent épaulés respectivement par Christian Eckert (Budget) et Martine Pinville (Commerce, Artisanat, Consommation et Économie sociale et solidaire).

Les médias ont surtout retenu le départ de Marylise Lebranchu du ministère de la Fonction publique et son remplacement par Annick Girardin. Cette dernière arrive à la tête d'un ministère « de plein exercice » mais qui se voit dépouillé d'un nouveau morceau, la décentralisation.

Ce nouvel abaissement du ministère fait suite à celui qui avait consisté, lors de la nomination de l'équipe précédente, à retirer de son périmètre la Réforme de l’État confiée à un secrétaire d’État directement sous l'autorité du Premier ministre. Ce choix d'organisation a été confirmé avec la nomination de Jean-Vincent Placé, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme de l’État et de la Simplification.

La réforme de l’État est donc toujours marquée symboliquement par une défiance de l’État vis à vis de ses fonctionnaires. Pratiquement, la méconnaissance du terrain et des réalités vécues par les personnels risque fort de persister chez ceux qui ont la prétention de transformer l’État.